Le Plantain et ses vertus

Le Plantain : cette “mauvaise herbe” est l’une des plantes médicinales les plus utiles de la planète.

Il y a deux grands types de plantain en Colombie Britannique, au Canada: le Plantain lancéolé et le Grand Plantain. La plupart du temps, les quelques 200 variétés de plantain ont les mêmes propriétés. Elles poussent particulièrement bien dans des sols pauvres, rocailleux (au bord des routes) et on la trouve souvent avec les pissenlits. Vous la verrez dans des gravières et des sites de construction, là où la nature tente de régénérer le sol. Introduite en Amérique du Nord dans les années 1600, elle fut autrefois appelée « Le pied de l’homme blanc » par les Amérindiens, qui avaient remarqué qu’elle poussait là où les Européens dérangeaient le sol.

Le grand plantain (Plantago major) a des feuilles larges et des fleurs allongées. Le plantain lancéolé (ou petit plantain ou herbe à cinq coutures) a des feuilles allongées (en forme de lance) et des petites fleurs au bout des tiges. Quant au plantain moyen (ou langue d’agneau), il possède des feuilles plutôt rondes et des fleurs crème à étamines violettes alors que leurs cousines sont verdâtres ou brunâtres et inodores.

plantain-2

Indications :

Les constituants du plantain (pectine, aucubine, ampigénine, flavonoïdes, tanins, soufre, calcium, fer, phosphore, mucilage…) en font une plante aux très nombreuses indications, utilisable aussi bien en interne qu’en externe. Pour les amateurs de chimie pharmacologique, précisons que l’aucubine accélère l’élimination par les reins et possède des propriétés antimicrobiennes ; l’ampigénine est un anti-inflammatoire et les mucilages freinent l’appétit et activent le transit intestinal… Le plantain est aussi concentré en vitamines du groupe B (B1, B2 et PP) et en vitamine A. Plusieurs études scientifiques ont confirmé les bienfaits du plantain. Ainsi en 1980, des médecins allemands avaient administré pendant 10 jours une préparation à base de plantain à 593 personnes souffrant d’infections respiratoires aiguës : leurs symptômes — et notamment la toux — avaient significativement diminué.

La première indication du plantain concerne les inflammations des voies respiratoires, des muqueuses de la bouche et du pharynx. Parce que le plantain est un expectorant naturel à haute teneur en silicium, une infusion peut s’avérer utile en cas de problèmes respiratoires, de toux et de rhumes. Mais, en interne, le plantain est aussi utile pour lutter contre l’eczéma, les infections des voies urinaires, les hémorroïdes et la constipation. En externe, on l’utilise pour stopper les saignements, cicatriser les blessures, soulager les piqûres et les rhumatismes. C’est un excellent collyre pour défatiguer les yeux et lutter contre l’inflammation des paupières et la conjonctivite… et comme si tant d’indications ne suffisaient pas, le plantain est aussi prescrit pour lutter contre le saignement des voies urinaires, l’ulcère gastroduodénal et la consolidation des fractures !

Le plantain a souvent été le principal remède des randonneurs ennuyés par les moustiques. Parce qu’il absorbe les toxines, de par sa nature astringente, le plantain peut être écrasé (ou mâché) et placé directement comme cataplasme sur une piqure d’abeille, une morsure d’insecte, sur de l’acné, sur une coupure, ou sur des éruptions cutanées. Entourez la zone en question et laissez le plantain agir pendant 4 à 12 heures. Le plantain peut aussi servir pour fabriquer un baume pour kit de secours, en infusion, ou comme nettoyant, pour la peau et en général.

plantain1

Enfin, il serait sans doute intéressant de voir comment le plantain agit dans le cadre d’un régime amincissant puisque, d’une part, il régule l’appétit et le transit intestinal et que, d’autre part, diurétique et circulatoire, il facilite toutes les fonctions éliminatrices de l’organisme.

Le plantain est en effet reconnu pour ses effets curatifs sur le système digestif. C’est particulièrement utile pour quiconque a vu son système digestif endommagé par des antibiotiques, des anti-inflammatoires ou des antidouleurs, par des allergies alimentaires, ou par la maladie cœliaque. Les feuilles comme les graines possèdent des vertus curatives pour le système digestif. Les feuilles peuvent être utilisées comme du thé, ajoutées dans la soupe, ou séchées comme des chips.

Pas de contre-indication :

Il n’existe pas d’effets secondaires liés au plantain qu’il soit pris seul ou avec un médicament. Toutefois, par prudence, on le déconseille aux femmes enceintes car il pourrait avoir un effet stimulant sur l’utérus. Seul effet indésirable, à haute dose, le plantain peut être un laxatif mal contrôlé.

Utilisation :

On conseille l’utilisation de feuilles et fleurs fraîches, ce qui n’est pas compliqué puisque le plantain se récolte 10 mois sur 12. Mais il est, bien sûr, préférable de cueillir le plantain à la floraison, au printemps et loin de toute pollution (ce qui est rarement le cas dans les pelouses !). Les feuilles doivent être soigneusement lavées. Pour les sécher, on les place au soleil ou dans un four chaud.

• salade : préférez les jeunes feuilles que vous ajouterez à votre laitue ou à vos endives. Le goût est légèrement amer, avec un petit parfum de champignon.
• légume : il suffit de cuire les feuilles et de les utiliser en soupe (comme pour les orties).
• infusion : laisser infuser 10 minutes, 1,5 g de parties aériennes pour 1 litre d’eau frémissante (2 à 4 tasses par jour). Pour la toux, les bronchites et la constipation.
• décoction : à utiliser en gargarisme ou lotion. 10 à 20 g de plante entière (feuilles, fleurs et même racines) dans 1 litre d’eau, laissez bouillir 10 minutes. 1 tasse à chaque repas.
• macération : pour les problèmes digestifs ou urinaires. 30 à 60 g dans 1 litre d’eau. Faites bouillir 3 minutes et laissez macérer toute la nuit. Buvez toute la macération dans les 24 heures.
• collyre : utilisez la décoction, ajoutez éventuellement du mélilot et/ou du bleuet.
• friction : frottez et massez la peau avec des feuilles fraîches. Attendez plusieurs heures avant de rincer sans savon.
• compresses et cataplasmes : feuilles fraîches sur les plaies, les varices… et même les rhumatismes.
• gélules : 2 gélules 3 fois par jour avec beaucoup d’eau.
• sirop : 2 cuillérées à soupe en cas de toux sèche ou grasse.

Vous pouvez faire votre sirop anti-toux très facilement. Séchez les feuilles lavées avec un linge propre. Écrasez-les pour en extraire le suc que vous mélangez à du miel à quantité égale. Faites cuire à feu doux pendant 20 minutes. Cela se conserve sans problème au réfrigérateur. Recommandé pour soulager les affections respiratoires et la grippe. Bien entendu, si les troubles persistent, consultez votre médecin.

Articles originaux : http://higherperspective.com/2014/01/little-weed-one-useful-medicines-planet.html?utm_source=MAM & http://www.univers-nature.com/durable-co/sante/plantain-anti-toux-51478.html

Le Plantain, TARTARE DE PLANTAIN

(Source : http://asso.cueillir.over-blog.com/)|

Cette semaine, on retrouve une recette proposée par l’association morbihannaise Cueillir,. L’association,, basée sur le Pays de Lorient, œuvre à redorer le blason des plantes sauvages trop souvent perçues comme « mauvaises herbes ». Elle nous propose donc une recette originale : le tartare de plantain !

 

« Plantago lanceolata bgiu ». Sous licence CC BY-SA 3.0 via Wikimedia Commons – http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Plantago_

 

La Recette TARTARE DE PLANTAIN

Ingrédients : pour 4 personnes :

– Une cinquantaine de feuilles de plantain ( de préférence les petites feuilles, lancéolé ou corne de cerf)

– ½ citron

– 6 cuillères à soupe d’huile d’olive

-40g de graines de tournesol

-sel, poivre, cumin, baies roses

-Mixer tous les ingrédients dans un mixeur électrique. Conserver au frais.

-Servir sur des tartines grillées, des rondelles de radis noir ou de navets. Bon appétit!

(Vous pouvez faire tremper les graines dans l’eau tiède pendant deux heures si votre mixeur est un peu faible)

Le plantain est riche en calcium, en potassium, en zinc, en vitamines A, B1, B2, PP. Il renferme des tanins, du mucilage et des flavonoïdes.

C’est une plante d’une grande réputation médicinale : elle est astringente, adoucissante, antibactérienne et anti-inflammatoire. Elle est fort utile pour lutter contre les affections respiratoires, les gorges irritées, calme les piqûres d’insectes et les coupures.

Spray désodorisant

Pour  la maison – Texture: Spray/Brume
Difficulté: très facile
Préparation: 10 minutes – Conservation: 6 mois

– 88,5% soit 88,5 g de vodka ou d’alcool à 70°

– 2,5% soit 2,5g d’HE de citron

– 1,5% soit 1,5g d’HE de menthe verte

– 1,5% soit 1,5g d’HE de sapin baumier

– 1,5% soit 1,5g d’HE d’eucalyptus radiata

– 1,5% soit 1,5g d’HE de mandarine

– 1,5% soit 1,5g d’extrait de vanille

– 1% soit 1g d’HE de cannelle

– 0,5% soit 0,5g d’HE de clou de girofle

1° Nettoyer et désinfecter le matériel, les ustensiles, le plan de travail et les mains.
2° Peser, à l’aide d’une balance de précision, l’alcool et le transvaser dans un flacon-spray, de préférence ambré, à l’aide d’un entonnoir.
3° Peser les huiles essentielles et les ajouter une à une à l’alcool.
4° Refermer le flacon et le remuer en formant des « 8 » afin d’homogénéiser les HE à l’alcool.
5° Agiter avant emploi.

Utilisation : Vaporiser sur les tissus d’ameublement, dans les coins des pièces, sur des morceaux de bois… Renouveler plusieurs fois par jours. Ne pas oublier que le meilleur geste, en tant que désodorisant, est celui d’ouvrir les fenêtres quelques instants par jour afin d’aérer les maisons.

Précautions: Attention, ce spray peut tâcher, faire un test au préalable. Ne pas vaporiser près d’un bébé ou d’une femme enceinte. Préférer les mélanges d’hydrolats pour ces derniers.

(Source : http://zentonik.fr)

LA COLERE

LA COLÈRE- Savez-vous pourquoi les gens crient les uns sur les autres lorsqu’ils sont en colère ?
Un sage hindou qui était en visite au Gange pour prendre un bain a remarqué un groupe de personnes criant de colère les uns après les autres.

Il se tourna vers ses disciples, a souri et a demandé :

– Savez-vous pourquoi les gens crient les uns sur les autres lorsqu’ils sont en colère ?

Les disciples y pensèrent pendant un moment et l’un d’eux dit :

– C’est parce que nous perdons notre calme que nous crions.

– Mais pourquoi criez-vous quand l’autre personne est juste à côté de vous ?, demanda le guide.

– Pourriez-vous tout aussi bien lui dire ce que vous avez à dire d’une manière plus douce ?

Lorsqu’aucune des réponses des disciples n’était suffisamment satisfaisante pour le sage, il a finalement expliqué :

– Quand deux personnes sont en colère l’une contre l’autre, leurs cœurs sont séparés par une grande distance. Pour couvrir cette distance, ils doivent crier, car sinon ils sont incapables de s’entendre l’un et l’autre. Plus ils sont en colère et plus ils auront besoin de crier fort pour s’entendre l’un et l’autre pour arriver à couvrir cette grande distance.

– Qu’est-ce qui se passe lorsque deux personnes tombent en amour ? Ils ne crient pas à l’autre, mais ils se parlent doucement parce que leurs cœurs sont très proches. La distance entre eux est soit inexistante, soit très faible.

Le sage continua…

– Quand ils s’aiment encore plus, que se produit-il ? Ils ne se parlent pas, ils chuchotent et obtiennent encore plus de proximité et plus d’amour. Enfin vient un moment où ils n’ont même plus besoin de chuchoter, ils se regardent seulement l’un et l’autre et se comprennent.

Puis il regarda ses disciples et leur dit :

– Ainsi quand vous discutez les uns avec les autres ne laissez pas vos cœurs s’éloigner. Ne dites pas les mots qui vous éloignent davantage, ou bien viendra un jour où la distance sera si grande que vous ne trouverez pas le chemin du retour…

ALEXANDRE LECOUILLARD .

La Métaphore de l’arbre

L’être humain, s’il n’est pas bien ancré dans le sol, risque d’être emporté par ces mouvements. Ce n’est pas tant l’intensité de la tempête qui est importante (sur laquelle parfois on ne peut pas grand chose) que la capacité de l’arbre à y résister par la profondeur de ces propres racines.
Cela signifie également que l’on ne calme pas un mental agité par le mental lui-même (en se répétant par exemple : « je me calme, je me calme… » ou bien « je vais m’endormir, je vais m’endormir…. »), mais en revenant à son corps et plus particulièrement à ce qui le rattache à la terre : sentir son bas ventre, ses pieds ancrés dans le sol, etc.

 

S »enraciner : comment et après ?

Être ancré, c’est être connecté à la terre. C’est se sentir relié. C’est sentir cette connexion profonde qui existe entre nous et la terre et être dans la conscience et l’acceptation du moment présent. C’est prendre conscience de son corps dans son intégralité. Un synonyme de s’ancrer est s’enraciner.

S’ancrer, c’est sortir sa conscience de sa tête et l’installer dans ses pieds.

C’est sortir du monde des rêves, des pensées, de l’imaginaire, du spirituel…et revenir dans le monde terrestre, réel, corporel, le monde de la matière.

« Plus on est dans sa tête, plus on pense. Et plus on pense, plus on est dans sa tête. Et plus on est dans sa tête, moins on est ancré. Et moins on est ancré…. moins on est heureux. » Un bon ancrage peu vous apporter énormément.

A quoi ça sert d’être ancré ?
Avoir moins de pensées négatives
De vous sentir plus en sécurité
D’être moins angoissé
D’être en meilleur forme et d’avoir plus d’énergie
De régler certain problèmes de déréalisation
De soulager le stress, les pensées suicidaires, les migraines
D’être serein ici et maintenant, peu importe la situation présente
De vous sentir à votre place
De lâcher prise plus facilement
D’accomplir plus facilement vos projets et vos rêves
De mieux vous sentir dans votre corps
D’accepter la vie et de moins lui résister

La technique de l’ancrage va vous permettre de vous enraciner bien profondément dans le sol, ce qui va vous permettre ainsi de ne pas vous faire emporter, chahuter, chavirer au premier coup de vent qui se présente. En pratiquant l’enracinement, on développe notre sérénité, notre confiance et notre sentiment de sécurité quel que soit l’endroit où nous sommes ou la situation que nous traversons. On se sent plus confiant, et plus solide sur ses pieds. Il y a vraiment une vie avec ancrage, et une vie sans.

Comment faire pour s’ancrer ?

Les activités sportives car elles font travailler le corps, élément essentiel de l’ancrage: marche, course à pieds…
Les amis, le rire, l’amour
Les activités de méditation
Les activités corporelles et artistiques: musique, yoga, danse, Tai chi, Qi Gong…
Toute activité qui prends soin du corps: massage, relaxation, étirements, alimentation saine…
Mais aussi et surtout ce qui permet un contact avec la nature: balade en forêt, à la campagne, en montagne, jardinage, baignade en mer ou en rivière…

Toute activité où le corps et la nature sont impliqués favorise l’ancrage.

Plus votre conscience est loin de votre tête, plus vous êtes ancré. Donc plus vous pensez à vos pieds, et plus vous êtes enraciné.

(Source: « L’Ancrage énergétique » de Marie Laure Teyssedre)

Ancrage énergétique par le Qi Gong: exercice de base
Position : debout, genoux légèrement fléchis, pieds écartés de la largeur des épaules et bien ancrés au sol, dos droit, position stable.

Mains : sur le bas-ventre à l’écoute de la respiration, 3 doigts sous le nombril, à hauteur du Dan Tian.

Respiration : profonde se place progressivement sous les mains, respiration abdominale.

Détente progressive sur chaque expiration en suivant l’énergie qui descend vers le bas du corps. : tête, cou, dos, épaules, bras, mains, poumons, ventre, jambes jusqu’aux pieds.

Respiration Terre/Dan Tian :

Sur l’inspiration : ressentir l’énergie du sol dans les pieds remonter le long des jambes pour remplir le ventre.

Sur l’expiration : ressentir le Qi du Dan Tian, qui descend le long des jambes, jusqu’aux pieds et à la terre.

La sensation de stabilité augmente, on ressent les pieds s’enfoncer dans le sol, le corps se fait plus lourd et plus stable, on peut alors imaginer toute cette énergie s’enraciner plus profondément dans le sol.

Une fois la circulation Racine/Dan Tian établie, prévoir au moins 10 minutes de respiration abdominale dans cette position, très efficace.

(Source : http://www.yang-sheng.org/archives/3793)