Etty Hillesum, écrits

Juive hollandaise née au Pays-Bas en janvier 1924, Etty Hillesum a disparu à Auschwitz à 29 ans en novembre 1943, laissant son journal 1941-1943 et de nombreuses lettres, dont celles du camp de Westerbork. Ces écrits, publiés depuis 1981, témoignent de l’évolution fulgurante et de l’approfondissement humain extraordinaire de cette jeune femme. Alors qu’elle est confrontée à des conditions de plus en plus dramatiques, Etty accède progressivement à une intériorité et une liberté intérieure sublimes qui la rendent capable de trouver,  » la vie belle, digne d’être vécue et riche de sens, en dépit de tout « . Ayant découvert au plus profond d’elle même ce    » quelque chose qui ne vous quittera plus jamais « , cet être de feu ne cesse de louer Dieu et de vivre passionnément l’amour de Dieu et des êtres (Source : http://legaut.chez-alice.fr/mispa/etty.htm)

 

Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne puis rien garantir d’avance.

Une chose cependant m’apparaît de plus en plus claire, ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider – et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes.

Etty Hillesum

 

Le 19 janvier 1942. Lundi matin, 10 heures.
On dirait qu’un complet équilibre s’est réalisé en moi. Plus jamais je n’ai besoin de me blottir dans un coin contre la bibliothèque pour « écouter en profondeur en moi », je suis toute la journée à l’écoute de ce qu’il y a au-dedans de moi, même quand je suis au milieu des gens, je n’ ai plus besoin de me mettre à l’écart, je puise régulièrement des forces aux sources les plus cachées et les plus secrètes qui sont en moi. –

p. 336

[Mardi,] le 22 septembre [1942]
II faut apprendre à vivre avec soi-même comme avec une foule de gens. Et l’on découvre alors en soi tous les bons et les mauvais côtés de l’humanité. Il faut d’abord apprendre à se pardonner ses défauts si l’on veut pardonner aux autres.

C’est peut-être l’un des apprentissages les plus difficiles pour un être humain, je le constate bien souvent chez les autres (et avant, je pouvais l’observer sur moi-même aussi, mais plus maintenant), que celui du pardon de ses propres erreurs, de ses propres fautes. La condition première en est de pouvoir accepter, et accepter généreusement, le fait même de commettre des fautes et des erreurs.

p. 728

L’Énergie des arbres

Avez vous déjà enlacé un arbre ?
Savez-vous qu’un arbre peut vous recharger ?
Savez-vous que vous pouvez entrer en contact avec lui ?
L’avez vous déjà fait ou le faîtes vous régulièrement ?
Chacun de nous devrait entretenir une relation avec la nature et l’énergie des arbres. Pour comprendre l’aide que le contact avec les arbres peut nous donner,il faut poser un nouveau regard et prendre contact avec lui. Les arbres nous émeuvent par leur beauté, leur majesté, leur force. Il ne suffit pas seulement de les contempler, imaginons les comme un être vivant. Et essayons de rentrer en contact avec eux…

La rencontre avec l’énergie de l’arbre va nous permettre une rencontre avec soi. Chaque arbre comme chaque être humain possède un champ énergétique. Ce champ énergétique peut
nous irradier lorsque vous vous approchez près de lui.L’échange avec un arbre est important, choisissez un arbre qui vous attire, par sa forme, sa majesté, sa puissance, regardez de plus prés ses feuilles, ses couleurs, ses fruits, la puissance de son tronc. L’arbre peut agir sur votre état de santé, sur votre état de bien être, il vous aide à
retrouver le calme, un état de joie ou de sérénité.

Libérez vous de vos tensions. Le contact avec la forêt vous
procure de la joie et un profond sentiment de plénitude. L’arbre est
vivant…Vous pouvez établir un contact avec l’arbre de votre choix.
L’énergie de l’arbre devient votre médecin… Votre ami…
Il peut vous guérir de vos maux, de votre mal être…
Choisissez votre arbre… Parlez à votre arbre. C’est votre ami.

UTILISEZ LES CINQ SENS…

Le pouvoir énergétique de l’arbre vous aidera dans votre transformation.
L’arbre est un symbole de puissance par sa verticalité, signe de sa liaison terre ciel.

Les arbres sont comme nous des êtres cosmo-telluriques. Ou est-ce
l’humain qui est comme les arbres… ? Ils ont les racines bien ancrées
dans la terre, et les branches et feuilles dans l’air, dans le ciel.
Ils sont des traits d’union entre le monde de là-haut, et le monde d’en
bas. Ils se nourrissent des radiations de la terre, et des radiations
cosmiques. Tout comme nous, ils apprécient l’eau qui leur permet de
croître, et le feu (soleil) qui participe à leur vie.

Certains
arbres rayonnent plus fort et plus loin que d’autres. Cela dépend de
leur vitalité, de leur emplacement sur le sol et de leur espèce (un
chêne vibre plus fort qu’un sureau par exemple). Ce genre d’arbre est
appelé arbre-maître ou arbre-totem.

Tout comme un être humain, un arbre possède des corps subtils. Pour un arbre, ce qui est accessible à nous, communs du mortel, c’est son corps physique (le tronc, les branches et les feuilles), son corps éthérique, proche du tronc, et son corps astral.

Comment se recharger :

Voici deux méthodes classiques décrites dans de nombreux livres :

* Se mettre dos contre le tronc de l’arbre que vous avez choisi. Une main vient contre votre sacrum (bas du dos) et en contact avec l’arbre, l’autre vient en contact sur votre plexus solaire. Au bout de 5
minutes, alternez les mains, pour respecter le principe de la polarité
de votre corps. L’idéal est d’avoir l’arrière de la tête contre le tronc et les pieds enlacés dans les racines (si c’est possible).

* Autre méthode : Se tenir debout contre le tronc d’arbre et l’enlacer dans vos bras. Essayer d’avoir le plexus solaire et le troisième oeil (entre front et partie supérieure du nez) en contact avec le tronc et bien enrouler vos bras autour du tronc, et si possible les pieds dans les racines.

* La méthode du sourcier : C’est une sorte de dialogue avec l’arbre. On lui demande son autorisation, d’une manière !
Repérer le corps subtil le plus éloigné du tronc (corps astral). Faire un pas en avant dans cette couche énergétique de l’arbre. Soyez détendu.
Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l’arbre, de voix
haute ou mentalement : « Peux-tu sentir mes vibrations ? »
Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l’équilibre vers l’avant, cela veut dire qu’il vous a répondu par un « Oui ».
Avancez alors à environ 5 m de son tronc. Soyez détendu. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l’arbre, de voix haute ou mentalement : « Peux-tu me donner de l’énergie ? »
Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l’équilibre vers l’avant, cela veut dire qu’il vous a répondu par un « Oui ».
Avancez alors à 1 m de son tronc et tournez lui le dos. Fermez les yeux, bras le long du corps et demandez à l’arbre, de voix haute ou mentalement : « Donne-moi l’énergie dont j’ai besoin et relâche moi quand c’est terminé ».Après quelques secondes, si vous vous sentez légèrement perdre l’équilibre vers l’avant, cela veut dire que le transfert d’énergie est terminé. Pour certaines personnes bien déchargées d’énergie, cela peut durer des minutes au lieu de secondes.

Après, n’oubliez pas de remercier ce grand-père qui vous a fait la grâce de vous donner de son énergie. Vous lui touchez le tronc et lui dites merci.

Quelques recommandations :
Ne choisissez pas un tout petit arbre, mais un gros et grand arbre, un arbre-maître.
De préférence, ne soyez pas côté sud.
Ne choisissez pas un arbre malade, car là, c’est lui qui a besoin de notre aide.

Je ne vous demande pas de me croire sur parole. Si vous avez la curiosité, essayez la méthode de recharge du sourcier.

Lait de Fées

Une petite recette féerique avant de se quitter ce soir :
Lait des Fées
ingrédient:
une tasse de lait d amande
une cuillère de miel
un peu de vanille
une demi tasse de thé à la lavande ( infusion de lavande )
bourgeons de lavande et cannelle
préparer l infusion de lavande
Chauffez le lait d amande
ne le faire pas bouillir
ajoutez le miel, la vanille, l’infusion de lavande
saupoudrez de bourgeons de lavande et de cannelle

que vos rêves soient doux
☽ ☼☾ Yabyum ☽ ☼☾
☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆.。.:*・°☆
¸.•´¸.•*´¨) ¸.•*¨)http://www.yabyumrowanroot.com/¸.•´¸

tasse36931973920_n

Le Plantain et ses vertus

Le Plantain : cette “mauvaise herbe” est l’une des plantes médicinales les plus utiles de la planète.

Il y a deux grands types de plantain en Colombie Britannique, au Canada: le Plantain lancéolé et le Grand Plantain. La plupart du temps, les quelques 200 variétés de plantain ont les mêmes propriétés. Elles poussent particulièrement bien dans des sols pauvres, rocailleux (au bord des routes) et on la trouve souvent avec les pissenlits. Vous la verrez dans des gravières et des sites de construction, là où la nature tente de régénérer le sol. Introduite en Amérique du Nord dans les années 1600, elle fut autrefois appelée « Le pied de l’homme blanc » par les Amérindiens, qui avaient remarqué qu’elle poussait là où les Européens dérangeaient le sol.

Le grand plantain (Plantago major) a des feuilles larges et des fleurs allongées. Le plantain lancéolé (ou petit plantain ou herbe à cinq coutures) a des feuilles allongées (en forme de lance) et des petites fleurs au bout des tiges. Quant au plantain moyen (ou langue d’agneau), il possède des feuilles plutôt rondes et des fleurs crème à étamines violettes alors que leurs cousines sont verdâtres ou brunâtres et inodores.

plantain-2

Indications :

Les constituants du plantain (pectine, aucubine, ampigénine, flavonoïdes, tanins, soufre, calcium, fer, phosphore, mucilage…) en font une plante aux très nombreuses indications, utilisable aussi bien en interne qu’en externe. Pour les amateurs de chimie pharmacologique, précisons que l’aucubine accélère l’élimination par les reins et possède des propriétés antimicrobiennes ; l’ampigénine est un anti-inflammatoire et les mucilages freinent l’appétit et activent le transit intestinal… Le plantain est aussi concentré en vitamines du groupe B (B1, B2 et PP) et en vitamine A. Plusieurs études scientifiques ont confirmé les bienfaits du plantain. Ainsi en 1980, des médecins allemands avaient administré pendant 10 jours une préparation à base de plantain à 593 personnes souffrant d’infections respiratoires aiguës : leurs symptômes — et notamment la toux — avaient significativement diminué.

La première indication du plantain concerne les inflammations des voies respiratoires, des muqueuses de la bouche et du pharynx. Parce que le plantain est un expectorant naturel à haute teneur en silicium, une infusion peut s’avérer utile en cas de problèmes respiratoires, de toux et de rhumes. Mais, en interne, le plantain est aussi utile pour lutter contre l’eczéma, les infections des voies urinaires, les hémorroïdes et la constipation. En externe, on l’utilise pour stopper les saignements, cicatriser les blessures, soulager les piqûres et les rhumatismes. C’est un excellent collyre pour défatiguer les yeux et lutter contre l’inflammation des paupières et la conjonctivite… et comme si tant d’indications ne suffisaient pas, le plantain est aussi prescrit pour lutter contre le saignement des voies urinaires, l’ulcère gastroduodénal et la consolidation des fractures !

Le plantain a souvent été le principal remède des randonneurs ennuyés par les moustiques. Parce qu’il absorbe les toxines, de par sa nature astringente, le plantain peut être écrasé (ou mâché) et placé directement comme cataplasme sur une piqure d’abeille, une morsure d’insecte, sur de l’acné, sur une coupure, ou sur des éruptions cutanées. Entourez la zone en question et laissez le plantain agir pendant 4 à 12 heures. Le plantain peut aussi servir pour fabriquer un baume pour kit de secours, en infusion, ou comme nettoyant, pour la peau et en général.

plantain1

Enfin, il serait sans doute intéressant de voir comment le plantain agit dans le cadre d’un régime amincissant puisque, d’une part, il régule l’appétit et le transit intestinal et que, d’autre part, diurétique et circulatoire, il facilite toutes les fonctions éliminatrices de l’organisme.

Le plantain est en effet reconnu pour ses effets curatifs sur le système digestif. C’est particulièrement utile pour quiconque a vu son système digestif endommagé par des antibiotiques, des anti-inflammatoires ou des antidouleurs, par des allergies alimentaires, ou par la maladie cœliaque. Les feuilles comme les graines possèdent des vertus curatives pour le système digestif. Les feuilles peuvent être utilisées comme du thé, ajoutées dans la soupe, ou séchées comme des chips.

Pas de contre-indication :

Il n’existe pas d’effets secondaires liés au plantain qu’il soit pris seul ou avec un médicament. Toutefois, par prudence, on le déconseille aux femmes enceintes car il pourrait avoir un effet stimulant sur l’utérus. Seul effet indésirable, à haute dose, le plantain peut être un laxatif mal contrôlé.

Utilisation :

On conseille l’utilisation de feuilles et fleurs fraîches, ce qui n’est pas compliqué puisque le plantain se récolte 10 mois sur 12. Mais il est, bien sûr, préférable de cueillir le plantain à la floraison, au printemps et loin de toute pollution (ce qui est rarement le cas dans les pelouses !). Les feuilles doivent être soigneusement lavées. Pour les sécher, on les place au soleil ou dans un four chaud.

• salade : préférez les jeunes feuilles que vous ajouterez à votre laitue ou à vos endives. Le goût est légèrement amer, avec un petit parfum de champignon.
• légume : il suffit de cuire les feuilles et de les utiliser en soupe (comme pour les orties).
• infusion : laisser infuser 10 minutes, 1,5 g de parties aériennes pour 1 litre d’eau frémissante (2 à 4 tasses par jour). Pour la toux, les bronchites et la constipation.
• décoction : à utiliser en gargarisme ou lotion. 10 à 20 g de plante entière (feuilles, fleurs et même racines) dans 1 litre d’eau, laissez bouillir 10 minutes. 1 tasse à chaque repas.
• macération : pour les problèmes digestifs ou urinaires. 30 à 60 g dans 1 litre d’eau. Faites bouillir 3 minutes et laissez macérer toute la nuit. Buvez toute la macération dans les 24 heures.
• collyre : utilisez la décoction, ajoutez éventuellement du mélilot et/ou du bleuet.
• friction : frottez et massez la peau avec des feuilles fraîches. Attendez plusieurs heures avant de rincer sans savon.
• compresses et cataplasmes : feuilles fraîches sur les plaies, les varices… et même les rhumatismes.
• gélules : 2 gélules 3 fois par jour avec beaucoup d’eau.
• sirop : 2 cuillérées à soupe en cas de toux sèche ou grasse.

Vous pouvez faire votre sirop anti-toux très facilement. Séchez les feuilles lavées avec un linge propre. Écrasez-les pour en extraire le suc que vous mélangez à du miel à quantité égale. Faites cuire à feu doux pendant 20 minutes. Cela se conserve sans problème au réfrigérateur. Recommandé pour soulager les affections respiratoires et la grippe. Bien entendu, si les troubles persistent, consultez votre médecin.

Articles originaux : http://higherperspective.com/2014/01/little-weed-one-useful-medicines-planet.html?utm_source=MAM & http://www.univers-nature.com/durable-co/sante/plantain-anti-toux-51478.html